0

De gauche à droite
Newt Gingrich, Mitt Romney, Ron Paul 

 

Cinq primaires sont organisées aujourd'hui pour désigner le candidat Républicain à la présidentielle de 2012.

Depuis l'abandon de Rick Santorum, l'ensemble des analystes partent du principe que la primaire est terminée et considèrent Mitt Romney comme le candidat Républicain. Son avance est suffisamment importante pour qu'aucun des deux candidats restants (Ron Paul et Newt Gingrich) ne puisse gagner la primaire, même en gagnant un grand nombre d'Etats. Enfin, il semble que la droite s'unisse derrière Mitt Romney pour gagner en Novembre prochain. 

Cependant, le fait que tant de gens considèrent que la primaire est terminée peut être un risque pour Mitt Romney. Ce dernier, à la suite de ses victoires en Floride et au Nevada, a effectivement tenté de faire passer le message comme quoi il avait gagné et que ses victoires allaient continuer à s'enchaîner. Mitt Romney est alors passé sur un discours d'élection générale, en s'attaquant au Président Obama et en ignorant la menace que pouvait représenter ses adversaires. En conséquences, ses équipes se sont tournées aussi vers l'élection générale, et le 8 février, Rick Santorum a remporté trois Etats et relancé la primaire en un duel entre Romney et Santorum. 

Un excès de confiance pourrait apporter le même résultat aujourd'hui. L'absence de campagne digne de ce nom a pu démobiliser l'électorat de Mitt Romney, considérant que la victoire était acquise. Ceci est particulièrement dangereux pour le gouverneur, en particulier face aux militants de Ron Paul très motivés, qui n'ont pas cessé de faire campagne. 

Il semble cependant que la leçon de février a été (partiellement) apprise. Au cours des derniers jours, Mitt et Ann Romney ont tous deux fait campagne dans les cinq Etats qui votent aujourd'hui. Il s'agit de cinq Etats du Nord-Est, plutôt favorable à Mitt Romney. De plus, les équipes de campagne de Mitt Romney sont restées sur le terrain pour encourager leurs soutiens à se rendre aux urnes pour voter dans la primaire (à l'exception de l'équipe de l'Etat de New York, focalisée sur la tenue de cinq évènements de levée de fond mercredi 25 et jeudi 26 avril.)

Chacun de ces Etats est un "winner-take-all". Tous les délégués y sont acquis au vainqueur (pas de proportionelle). Ces Etats sont : New York, la Pennsylvanie, Rhode Island, le Delaware et le Connecticut.

Si Mitt Romney remporte les cinq Etats, alors la primaire sera réellement terminée car il aura quasiment atteint le chiffre de 1144 délégués et il aura prouvé que plus aucun candidat n'est en mesure de le menacer à droite. Si en revanche il en perd un ou deux, alors une dynamique interne pourrait être partiellement relancée (notamment si Ron Paul parvient à remporter une victoire) et les affirmations comme quoi la droite reste divisée risquent de revenir, jusqu'à ce que Mitt Romney dépasse le chiffre de 1144 délégués. Cela ne relancerait pas la primaire fondamentalement. En revanche, pour encore un mois ou deux, Mitt Romney se retrouvait affaiblit face au Président Obama.