mitt-romney

 

Ce qui est particulièrement intéressant dans cette vidéo, c'est son orientation directe envers le Président Obama. Cela tranche directement avec le message des autres candidats Républicains à la primaire de 2012 qui se concentrent sur la définition de leurs compétences et des raisons pour lesquelles ils devraient être désignés. 

Cela tranche aussi directement avec le message de Mitt Romney de 2008. Dans la dernière campagne, ses équipes avaient été très négatives envers les autres candidats, cherchant à les décridibiliser par des vidéos parfois jugées très violentes. Pourtant, il y a quelques jours, Mitt Romney a réalisé une interview dans laquelle il demandait à ses concurrents de respecter le "XIème commandement" de Ronald Reagan : un Républicain ne doit jamais tirer sur un autre Républicain. 

On peut en tirer deux conclusions : 

1) Mitt Romney sait que dans une campagne très négative lui sera fatale : trop de dossiers sont sortis sur lui depuis 2009, et s'il ne semble pas avoir de scandale dans sa vie passée, les politiques qu'il a parfois mis en place en tant que Gouverneur et des changements radicaux de positions depuis les années 1990 et le début des années 2000 le rendent particulièrement vulnérables si l'on prend en compte l'influence des TEA Parties et le risque qu'ils se motivent à nouveau face à lui durant la primaire s'ils le considèrent comme étant trop à gauche.

2) Il sait que dans une primaire classique du Parti Républicain, il n'aurait que peu de chances de l'emporter. Alors qu'en 2008 il était considéré comme le candidat Conservateur, anti-McCain, son changement de ton et la réforme de santé de Barack Obama (considéré par certains comme une réforme proche de celle mise en place par Romney en 2006 au Massachussetts) fait de lui un candidat très modéré. Son argument est donc trouvé : il est l'anti-Obama, et le seul candidat aujourd'hui en mesure d'écraser le Président dans les urnes. Son discours se concentre donc sur le fait qu'il est celui qui battra le Président. Il ne cherche pas à dire pourquoi les républicains devraient souhaiter sa victoire. Il me semble que ceci est une preuve qu'il considère avoir une faiblesse claire face aux autres Républicains. En particulier avec l'arrivée de plus en plus probable dans la course de Rick Perry, gouverneur actuel du Texas, successeur de George W Bush à ce poste, possédant un bilan conservateur sans faille et ayant fait de son Etat l'Etat ayant eu la meilleure réussite économique de l'ensemble du pays depuis le début de la crise (le Texas est considéré comme n'ayant pas souffert de la crise).