Les abandons de nombreux candidats, et notamment Mike Huckabee et Donald Trump, ont laissé un champ très libre pour la primaire Républicaine. 

Les conséquences sont doubles pour les candidats en lice ou potentiels.

 

Mittblanc

Les sondages sont clairs, Mitt Romney est désormais, par manque d'adversaires peut-être, le front-runner de cette primaire avec 17% d'intentions de vote et des millions de dollars en stock pour faire campagne

Mais en face, les abandons ont surtout profité à trois candidats : 

 

t_l_chargement

Sarah Palin, non déclarée. Nombreux sont ceux qui pensent qu'elle profitera des primaires pour augmenter sa notoriété, mais pour le moment, personne ne sait (ou peu de gens) si elle sera candidate. Elle recueille selon le dernier sondage Gallup 15% (+ 5 points) des intentions de vote.

 

RonPaulFaceLargeRevolution_T_Shirts_or_Signs

Ron Paul, candidat déclaré et largement favori des Libertariens n'avait pas forcément tord lorsqu'il affirma il y a quelques jours qu'il était le mieux placé pour récupérer les voix de Mike Huckabee. Il recueille, selon le dernier sondage gallup, 10% (+ 4 points) des intentions de vote.

 

Herman_Cain_Surprised_Everybody

Herman Cain n'est parti de rien mais ne cesse de faire des discours enflammés sur la question de la couleur de peau ("race" en anglais) et le bilan de la présidence Obama. Petit à petit il parvient à se faire connaitre, il commence lui aussi à être apprécié par les électeurs Républicains. Il récupère sur le dernier sondage Gallup 8% (+ 4 points, il double son score) des intentions de vote, ce qui est très impressionant pour un parfait inconnu il y a 2 mois.

Les moyennes RCP restent bien plus faibles pour ces trois candidats, mais depuis l'abandon d'autant de Républicains, les moyennes basées sur les précédents sondages ne sont pas réellement représentatives. 

L'évolution de ces trois candidats est nette. Cela montre aussi un mouvement très important au sein du Parti Républicain. Les modérés (ou considérés comme modérés) tels que Tim Pawlenty et Newt Gingrich restent bas dans les sondages et ne parviennent pas à évoluer (voire ils diminuent dans leurs résultats potentiels). Le parti Républicain se dirige donc (il semblerait) vers une optique beaucoup plus à droite que part le passé, avec un discours anti-impôts (Ron Paul et Herman Cain) et pour des valeurs conservatrices (Sarah Palin et Herman Cain) très forts. 

Certes Mitt Romney apporte de la modération dans le débat (quoi qu'il ne faut pas oublier qu'il était considéré comme un candidat très conservateur en 2008 par les mêmes qui affirment aujourd'hui qu'il est un candidat trop modéré), mais la tendance de fond est présente. Si Jeb Bush reste populaire au sein des Républicains, le principe du "Compassionate conservatism" (Conservatisme compassionel, c'est à dire notamment moins d'impôts et moins de dépenses de l'Etat sauf pour la protection des plus démunis) du Président george W Bush en 2000 semble bel et bien fini pour nombre d'électeurs : la compassion d'Etat n'a pas à être ; seule la compassion privée, loin des impôts, est légitime. 

Ron Paul ne gagnera peut être pas la primaire de 2012. Mais ses idées économiques, elles, ont fortement fait leur chemin au sein de la droite Américaine.