Quand en 2004 John Kerry était candidat pour vaincre George W Bush à l'élection Présidentielle, les Démocrates du Massachussetts ne voulaient pas voir le gouverneur d'alors désigner un potentiel successeur pour John Kerry si ce dernier emportait l'élection. En effet, le gouverneur n'était autre que Mitt Romney, Républicain, et déjà suspecté de vouloir être candidat pour la présidentielle de 2008.

Afin de conserver ce siège au Sénat, les Démocrates avaient fait passer une loi affirmant que le Gouverneur n'aurait plus la main sur la désignation du Sénateur successeur (comme cela se passe dans l'ensemble des autres Etats Américains). Une élection spéciale devrait alors avoir lieu de 145 à 160 jours après qu'un siège devienne vacant.

Avec le décès de Ted Kennedy (cf notre hommage de ce matin), cette situation revient au grand galop. Surtout alors que les Démocrates de la gauche dure tentent de faire passer une réforme de la santé qu'aucun Républicain n'acceptera, et que nombre de Démocrates modérés et du centre gauche hésitent à soutenir. Et attendre au mieux 145 jours (pratiquement cinq mois) pour qu'un remplaçant, espéré Démocrate, revienne pour soutenir le plan de santé du Président est bien trop long.

Ainsi, le très impopulaire mais Démocrate Gouverneur Deval Patrick n'est pas aujourd'hui en mesure de désigner un successeur pour Ted Kennedy.

Aujourd'hui, les Démocrates du Massachussetts réfléchissent donc à changer une fois de plus la loi, pour en profiter pendant que Deval Patrick est encore Gouverneur. Cependant, le risque est important. Tout d'abord, il faut que le Congrès de l'Etat revienne de congés. Puis que la loi soit étudiée puis votée. Enfin, M. Patrick pourrait prendre sa décision. Ces délais risquent cependant d'être trop long et d'arriver après le vote du Congrès Fédéral. De plus, le Gouverneur Patrick risque très sérieusement de perdre en 2010 face à tous ses challengers Républicains. Ceci pourrait forcer, une fois de plus, les Démocrates de l'Etat à changer la loi dans l'autre sens. Enfin, l'évidente preuve selon laquelle les Démocrates créent des lois purement en fonction de leur intérêt politique, et non en fonction des besoins et du bien de l'Etat pourrait créer un réel scandale local et national.

Source : New York Times