SuperTuesday2012_20120301180311_640_480_20120304092007_640_480

 

Avec six victoires sur dix, Mitt Romney est sans contestation le grand vainqueur de ce Super Tuesday. 

Les résultats par candidats :

Mitt Romney :

pxp2012021309_sm

En remportant six Etats sur dix, Mitt Romney confirme sa position de favori en écrasant ses adversaires. En plus des Etats où il a vaincu, il se retrouve second dans trois Etats et troisième dans un seul. 

Ses victoires elles-mêmes sont à observer. Dans trois Etats, il gagne avec des marges importants (Virginie, Idaho et Massachusetts). Il parvient aussi à battre Rick Santorum dans le très contesté Ohio, dans lequel ce dernier avait pourtant lancé toutes ses forces pour gagner. 

Enfin, Mitt Romney peut affirmer qu'il est capable de gagner la primaire et l'élection générale contre le Président Obama : ses victoires ne sont plus confinées à certaines régions des Etats-Unis. Il a reçu des victoires dans le Nord-Ouest, le Sud, le Centre et l'Ouest des Etats-Unis. 

Enfin, il accumule les victoires dans les Etats stratégiques à gagner en novembre : Floride, Virginie, Ohio, Michigan, New Hamsphire et Nevada. 

Le discours des médias sur Mitt Romney

Depuis le début de la campagne il y a 10 mois, les médias Américains se sont lancés dans une diatribe particulièrement étrange contre Mitt Romney. L'establishment Démocrate est effrayé par sa candidature de centre-droit, efficace, basé sur une solide expérience, la capacité à monter des organisations et parvenir au succès. Ajoutons à cela un candidat sans scandales dans sa vie privée ni position extrême sur la religion ou les valeurs. 

Leur discours ne peut donc s'orienter vers la destruction de l'image de Mitt Romney. Leur angle d'attaque ? Continuer, inlasablement, à affirmer qu'il n'est pas capable de "connecter" avec les électeurs, en particulier Républicains. 

Regardons par exemple la Une du site officiel de CNN ce matin (cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle).

CNN

Le titre principal affirme "Pas de KO donné par Romney" (No knockout blow for Romney).

Un peu plus bas est mis en lien un article nommé "Pourquoi Romney ne parvient pas à gagner largement ?" (Why can't Mitt Romney win big ?).

Retournons quatre ans en arrière. Le Super Tuesday de 2008 a lieu. John McCain en sort vainqueur. Celui-ci gagne neuf Etats (sur vingt et un !), Mitt Romney sept et Mick Huckabee cinq. 

John McCain avait alors remporté 42% des Etats (et autant de voix exprimées) ! Tous les médias avaient alors reconnu sa victoire, qui a forcé Mitt Romney a abandonné la course quelques jours plus tard alors que celui-ci avait remporté 1/3 des Etats et 34% des suffrages exprimés ce jour là.

Cette nuit, Mitt Romney a remporté 60% des Etats face à trois autres adversaires, et les médias affirment qu'il ne parvient pas à avoir de victoire claire ? 

Avec ses accumulations de victoires, l'establishment de gauche s'inquiète de plus en plus. De plus, reconnaitre la victoire de Mitt Romney serait dans le même temps reconnaitre que le centre-droit est bien plus fort que ce qu'ils affirment et que, non, le Parti Républicain n'est pas dominé par une "droite religieuse ultra-conservatrice". Et cela, la gauche ne peut pas se le permettre. 

Délégués totaux à la suite du Super Tuesday : 354

Rick Santorum :

Rick Santorum est aujourd'hui dans une position difficile. Seul candidat en mesure de destabiliser Mitt Romney, il espérait gagner autant d'Etats que son adversaire cette nuit. Il y a échoué, et de beaucoup en ne gagnant que trois Etats et en perdant l'Etat crucial de l'Ohio. 

De plus, ses résultats sont, de manière générale, assez faibles comparés à ceux de Mitt Romney. Il ne parvient nul part à accumuler plusde 40% des voix. Enfin, il parvient en seconde position dans quatre Etats et en troisième dans trois autres. 

Avec son désormais fort retard, il devient de plus en plus difficile d'imaginer Rick Santorum remporter la nomination. Il est possible qu'après une telle défaite Newt Gingrich abandonne la course, ce qui pourrait renforcer Rick Santorum. Mais Mitt Romney va encore renforcer son image de vainqueur et d'unificateur Républicain à la suite de sa victoire, rendant la tâche de ses adversaires toujours plus difficile.

Délégués totaux à la suite du Super Tuesday : 147

Newt Gingrich :

Pour Newt Gingrich, la soirée fut particulièrement mauvaise. Comme il l'espérait, il est parvenu à sauver son Etat d'origine, sans pour autant parvenir a obtenir plus de 50% des voix (Mitt Romney a reçu chez lui 72,1% des voix).

Newt Gingrich espère que cette victoire pourra lui permettre de reconstruire sa candidature dans le Sud des Etats-Unis et parvenir à engranger de nouveaux succès. Cependant, le Sud est lui de lui être acquis. 

Sur les sept Etats du Sud ayant déjà voté, trois ont été gagnés par Rick Santorum (Oklahoma, Missouri et Tennessee), deux par Mitt Romney (Floride et Virginie) et deux par Newt Gingrich (Géorgie et Caroline du Sud). De plus, dans l'intégralité des Etats que Mitt Romney n'est pas parvenu à remporter, ce dernier est chaque fois parvenu à arriver en seconde position. 

Enfin, Newt Gingrich a de plus en plus de mal à lever des fonds pour faire campagne. Il risque de se retrouver bientôt sans moyens de continuer la course. Sans compter que continuer une telle campagne sans aucune chance de l'emporter risque de nuire à sa réputation qu'il mis treize ans à reconstruire (depuis les scandales de 1999).

Délégués totaux à la suite du Super Tuesday : 87

Ron Paul :

Il s'agit pour Ron Paul d'une particulièrement mauvaise soirée électorale. Après avoir fait campagne principalement en Alaska au cours des derniers jours, il n'est pas parvenu à gagner cet Etat (il n'y arrive que troisième). Il n'a toujours pas gagné un seul Etat, même dans ceux tenant des "Caucus" sur lesquels il s'est concentré.

Ron Paul n'abandonnera probablement pas la course bientôt, car il ne fait pas campagne pour une victoire. Il souhaite simplement faire entendre les idées Libertariennes et les promouvoir au sein du Parti Républicain. 

Cependant, ces mauvais résultats risquent de lui faire perdre de nombreuses voix. Ses électeurs pourraient commencer à se dire qu'il est plus intéressant de voter pour le candidat qui a une chance de l'emporter et qu'ils souhaitent voir dans la Maison Blanche plutôt que de simplement assouvir leur souhait de voter pour le candidat représentant le mieux leur philosophie. 

Délégués totaux à la suite du Super Tuesday : 54


Pierre Toullec

R_sultats_primaires_GOP_2012

Carte avec l'ensemble des résultats de la primaire au 7 mars 2012

Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution