Ron-Paul-001

Ron Paul

 

C'est la perspective annoncée sérieusement pour la première fois par un sondage publié hier.

Ron Paul y est à égalité avec Mitt Romney, Herman Cain et Newt Gingrich.

Contrairement à Cain et Gingrich, Paul représente le plus anti-Romney de tous les candidats, et il n'a pas les difficultés de Newt Gingrich et Herman Cain.

Sa présence au bas des sondages pouvait s'expliquer d'une manière assez logique : le discours ambiant étant qu'il ne peut pas l'emporter, beaucoup de Républicains se détournent de lui.

Si Ron Paul est au contraire en mesure d'emporte l'Iowa, il devient un compétiteur parmi les plus sérieux, sans oublier qu'il fut jusqu'ici l'un des plus efficaces candidats pour récupérer des dons auprès des électeurs (battu uniquement par les gouverneurs Perry et Romney).

Une victoire de Ron Paul en Iowa changerait entièrement la donne pour les primaires Républicaines. Il reste un des candidats les plus à mêmes de menacer Mitt Romney au New Hampshire et au Nevada.

En février dernier je présentais le chemin potentiel vers une victoire de Ron Paul.

Pour la première fois de la campagne, ce chemin semble désormais réellement atteignable. Attendons de voir de nouveaux sondages d'opinion pour savoir si cette très bonne nouvelle pour le représentant du Texas pourrait se confirmer.

111116 Primaire Républicaine

Situation de la primaire Républicaine par Etats
(Cliquez pour une meilleure définition) 

Précisons cependant que la carte ci-dessus nous oblige à relativiser l'importance de cette information. La rapide montée de Newt Gingrich est aussi à noter, tout comme l'affaiblissement clair (mais potentiellement temporaire) de Mitt Romney et Hermain Cain.

Pour Newt Gingrich, sa situation est précaire. Considéré comme l'un des favoris au début de la campagne, il s'est rapidement effondré suite à plusieurs scandales sexuels (d'infidélité, principalement). Sa remontée ressemble, pour le moment, à celles de Michele Bachmann, Rick Perry, et enfin Herman Cain.

r-NEWT-GINGRICH-large570

Newt Gingrich, ex-Président de la Chambre des Représentants (députés)

Chacun de ces trois candidats sont montés rapidement, pour s'effondrer dans les semaines suivantes. La raison est la suivante : les électeurs Républicains, en particulier les proches des TEA Parties, sont à la recherche du candidat "anti-Romney". A trois reprises, ils ont espéré l'avoir trouvé, et se sont précipités vers le candidat qui avait - temporairement - le plus d'attrait. Puis, selon l'opinion de "spécialistes politiques", mais aussi de différents électeurs, le "manque de stature" de Michele Bachmann, les "bourdes" en débat de Rick Perry puis les allégations à l'encontre de Herman Cain ont fait chuter ces trois candidats (bien qu'il semblerait que Herman Cain soit encore en mesure de conserver sa position de force). 

La raison ici aussi n'est pas très complexe à comprendre : ces trois candidats n'ont jamais eu à vivre une campagne nationale. Celle-ci implique des moyens considérables d'enquêtes sur le passé, de pressions extérieures ou autres tentatives de coups bas. Mitt Romney est passé par là de 2007 et 2008, et se fait attaquer quotidiennement par certains Républicains, certains Conservateurs et la gauche depuis 2009. 

Le phénomène est donc le suivant : les électeurs Républicains, qui espèrent voir venir le candidat qui ne s'appellera pas Mitt Romney se précipitent vers le "nouvel homme" qui semble incarner l'espoir de l'union de la droite face au candidat du centre droite (Mitt Romney). Cependant, ces candidats n'ayant pas eu à subir le feu nourri que subit l'ex-Gouvenruer du Masscahussetts, leur passé est peu à peu révélé. Sans qu'aucun de ces candidats n'aient réellement de casseroles très graves, le phénomène d'engouement est suffisamment enrayé (au moins temporairement) pour faire baisser ces "anti-Romney" dans les intentions de vote. 

La meilleure preuve de cela est la consistence du Gouverneur Romney : il reste stable dans les intentions de vote, entre 22% et 28% depuis janvier dernier. Sa domination reste aussi impressionante dans le Nord-Est, et notamment dans l'Etat crucial du New Hampshire.

mitt-romney-for-president-2012-boring-campaign-may-be-genius_img_594_396_1309239917390

L'ex-Gouverneur du Massachussetts, Mitt Romney

Tout ceci peut expliquer le nouvel engouement pour Newt Gingrich. 

Il est aussi tout à fait possible que Hermain arrête de baisser dans les sondages (un grand nombre de Républicains affirment ne pas crorie dans les accusations de harcèlement sexuel qu'il doit affronter).

Enfin, il est tout à fait possible que ce sondage en Iowa ne représente pas un nouvel attrait pour Ron Paul.

Cependant, il s'agit tout de même d'un sondage historique pour Ron Paul. Celui-ci a toujours semblé ne pas pouvoir dépasser son socle de sympathisants "hard-core". Si les Républicains commencent à le voir comme une personne potentiellement éligible, avec une chance de battre Mitt Romney, il est tout à fait possible qu'une "bulle politique" se crée autour de sa candidature. Et contrairement à Michele Bachmann, Rick Perry, Hermain Cain et Newt Gingrich, Ron Paul a déjà une forte expérience dans les campagnes électorales nationales.

Du côté de Mitt Romney, la plus grande menace lui serait de voir l'émergence d'un des cinq candidats (Parmi messieurs Cain, Perry, Paul, Bachmann ou Gingrich) sans qu'un phénomène ne les fasse chuter à nouveau. Une union de l'ensemble des mouvances les plus conservatrices autour d'un candidat rendrait très difficile la tâche de celui qui s'impose comme le favori depuis novembre 2008.

Wait and see...

Pierre Toullec