ap_ron_paul_jef_120514_wblog

 

 

Le retrait de la vie politique de Ron Paul devrait, aux yeux d’un Français, être au mieux une anecdote ne méritant qu'un entrefilet dans la presse. Si moi-même je ne l’avais rencontré il y a quelques années, aux Etats-Unis, au cours d’une entrevue au cours de laquelle il citait Mises et s’amusait de la devise placée sur son bureau de parlementaire (Don't steal, the government hates competition), je n’y aurais pas porté attention non plus.

Pourtant, la carrière de cet homme politique hors du commun mériterait toute notre attention. Il n’est pas anodin que cet homme à la longue carrière politique ait été porté, à plus de 70 ans, par le jeune mouvement des Tea Party américains, voyant en lui un véritable
défenseur de la Liberté.

Car en effet, durant toute sa vie, cet iconoclaste Républicain a été fidèle, dans ses paroles mais également dans ses actes, à la défense des libertés individuelles sous toutes leurs formes. N’ayant jamais voté pour une quelconque augmentation de l’impôt, opposé aux interventions militaires extérieures, défenseur d’une stricte limitation des pouvoirs fédéraux, il incarne un certain idéal politique : un homme s’engageant pour défendre des principes philosophiques supérieurs, des idéaux transcendant les partis, au service de ses concitoyens. Un exemple qui, je l’espère, saura inspirer la prochaine génération de femmes et d’hommes politiques.

 

portrait-lamon

Julien Lamon, ingénieur, responsable des recherches dans une association de contribuables.