romneygingrichhuntsmanjr

De gauche à droite : le gouverneur Jon Huntsman Jr, Newt Gingrich, le gouverneur Mitt Romney

Au cours des derniers jours, une vague de sondages favorables sont sortis pour Mitt Romney et Newt Gingrich.

Très bonne nouvelle pour le second, il semble désormais dominer largement son principal adversaire dans les intentions de vote en Floride et en Iowa.

De son côté, Mitt Romney continue à dominer l'Etat crucial du New Hampshire, et reçoit une fort soutien en Californie, Etat le plus peuple et le plus important en termes de poid politique au cours de cette primaire. 

Il est important de noter ce qui semble devenir une tendance de fond : la montée du Gouverneur Jon Huntsman Jr au New Hampshire. Depuis plusieurs semaines, sa forte campagne locale lui permet d'arriver à des chiffres plus que respectables (11% d'intentions de vote) face à la machine politique mise en place par Mitt Romney dans cet Etat, et face à "l'homme du moment", Newt Gingrich.

Cette montée progressive de ce "petit" candidat est bien sûr à mettre sur le compte de la campagne intense qu'il mène dans cet Etat (rappelons qu'en national, il ne parvient pas à recevoir plus de 3% d'intentions de vote). Il est aussi possible qu'il s'agisse d'un phénomène d'accompagnement au mouvement "anti-Newt Gingrich" qui semble prendre forme au sein du mouvement Conservateur (et que l'intéressé semble prendre avec plaisir).

En effet, Newt Gingrich ne plait pas tant que cela aux militants les plus engagés dans la droite Américaine. De nombreux changements d'opinions, des alliances avec les Démocrates par le passé et plusieurs scandales dans les années 1990 reviennent à la surface alors que lui-même semble monter à toute vitesse. Les adversaires de Mitt Romney commencent à affirmer que peut-être il vaut mieux Mitt Romney que Newt Gingrich.

Ron Paul, dans cette vidéo, affirme que Newt Gingrich serait dangereux pour le Parti Républicain


Dans cette atmosphère difficile, alors que trois candidats sur huit semblent avoir perdu la course après une montée rapide (Michele Bachman, Rick Perry et Herman Cain), l'électorat Républicain continue à se chercher une alternative crédible (et il est possible que Newt Gingrich ne soit effectivement que "l'homme du mois"). 

Trois candidats restent en lice qui n'ont pas encore eu à vivre le phénomène "anti-Mitt Romney" (Ron Paul, Rick Santorum et Jon Huntsman Jr) qui a amené rapidement Newt Gingrich à cette position de nouveau favori. Si un mouvement anti-Newt se développe (ce que n'ont pas connu Rick Perry, Herman Cain et Michele Bachman), alors sa chute pourrait (il s'agit du domaine de l'hypothèse pour le moment) ouvrir une grande porte pour l'un de ces trois candidats. En ce moment, il semble qu'il serait difficile pour Rick Santorum de vivre une telle montée en flèche du fait de certaines faiblesses qu'il aurait à justifier (notamment sa candidature à la Présidence après avoir perdu les élections de 2006). En revanche, Ron Paul et Jon Huntsman Jr sont, à ce jour, les mieux placés pour profiter d'un phénomène de "tout sauf Romney" au sein des conservateurs Américains. 

111201 Primaire Républicaine

Etat de la campagne Républicaine et des intentions de vote au 1er décembre

La question de l'Iowa s'approche à grands pas

Les tous prochains jours seront, sur ce sujet, cruciaux. Dans 33 jours, les Républicains de l'Iowa votent. Si un mouvement anti-Newt Gingrich se monte rapidement et que celui-ci en souffre sérieusement dans les intentions de vote, alors n'importe quel candidat pourrait être en mesure de l'emporter le 3 janvier. 

Mitt Romney reste fort dans cet Etat avec une campagne désormais solide. Il a reçu de nombreuses voix en 2008. Plusieurs stratégistes Républicains pensent que s'il parvient à récupérer autant de voix que lors de sa dernière campagne Présidentielle et que le vote des candidats "plus à droite" reste divisé, il pourrait emporter l'Iowa.

Newt Gingrich est en ce moment apprécié, mais cela tiendra t-il ? De plus, sa campagne est inexistente dans cet Etat (il vient seulement de recruter les anciens démissionnaires de son organisation locale). Si le mouvement conservateur "anti-Newt" se développe, il lui sera difficile de l'emporter. S'il parvient à survivre à l'avalanche d'attaques qui viennent de droite, alors une victoire dans l'Iowa lui donnerait une occasion inespérée il y a quelques semaines de vaincre Mitt Romney à long terme.

Ron Paul a la campagne la plus forte, la plus présente et la plus riche en Iowa. Il possède un discours qui plait fortement dans cet Etat conservateur et rural. Son unique et continuelle difficultée au sein de l'électorat Républicain est sa position sur l'international, qui l'affaiblit considérablement dans un territoire très au fait des sujets politiques.

Herman Cain reste important dans cet Etat, mais suite aux allégations (aujourd'hui non prouvées) de scandales sexuels, il réfléchit à abandonner la course.

Michele Bachman conserve de nombreux alliés politiques dans l'Etat. Cependant, beaucoup de temps s'est écoulé depuis sa victoire en août dernier. Elle possède aujourd'hui peu d'atouts pour l'emporter. Sa véritable chance serait de profiter à nouveau du mouvement "anti-Romney".

Rick Perry y a investit des sommes considérables. Il s'est amélioré en débat depuis ses gaffes importantes. Son expérience et sa crédibilité restent présentent. Il difficile de dire aujourd'hui s'il sera en mesure de remonter dans le coeur des Républicains en dehors du Texas.

Rick Santorum a le profil pour être le favori de cet Etat, mais est probablement affaiblit par son éviction du Sénat en 2006.

Jon Huntsman Jr a choisi une stratégie d'évitement de l'Iowa, en se concentrant sur le New Hampshire. Cependant, s'il devenait "l'homme du mois" à son tour, exactement quelques jours avant le vote, alors ses chances de l'emporter dans cet Etat dans lequel il n'a rien parié pourraient être à revoir.

Gary Johnson enfin reste inconnu et absent des médias, malgré sa bonne volonté. Sans être en mesure d'assurer une visibilité, et sachant que son public est d'ores et déjà derrière Ron Paul, il est probablement l'unique candidat avec la certitude de ne pas être en mesure de l'emporter en Iowa.