290165818_4058f117ce_o

 

Donald Rumsfeld, "Secrétaire d'Etat" (Ministre des affaires etrangères) sous le Président Bush jusque début 2007, a été interviewé sur ABC News à propos de l'intervention en Libye. 

Il ne remet clairement pas en cause l'intervention. Il attaque cependant la méthode. Il faut avouer que de nombreux points imposent des questions difficiles : 

- La coalition actuellement en Libye est la plus faible vue pour une intervention armée des Démocraties depuis des dizaines d'années. Il y avait bien plus de pays qui sont intervenus en Irak et en Afghanistan en 2003 et 2001 (Il y avait deux fois de pays engagés contre Saddam Hussein en 2003 qu'il n'y en a en Libye en 2011).

- Quelle est la mission en Libye ? Quel est notre objectif ? Les coalisés continuent à débattre et ne savent même pas qui est le leader de cette intervention ! Est-ce la France ? Les Etats-Unis ? L'OTAN ? L'ONU ? Est-ce une manière de gérer une guerre ? Clairement, non. Jamais le Président Bush n'aurait géré une guerre ainsi. 

Alors, fallait-il aller en Libye ? Oui, pour les bonnes raisons : chasser Mouammar Kadhafi, le faire être jugé pour crimes contre l'humanité et contre son peuple, et mettre en place une démocratie (comme cela a été fait en Irak, et par le passé en Allemagne et au Japon).

Donald Rumsfeld a enfin raison sur un dernier point : si Mouammar Kadhafi s'en sort, l'ensemble de l'Occident sera ridiculisé : les Etats-Unis, première puissance mondiale ; la France, qui a tiré la première sur les troupes Libyennes ; la coalition en général ; l'OTAN, incapable d'exercer son leadership sur l'Alliance ; enfin l'ONU, qui une fois de plus aura fait passer une résolution sans que cela ne change le cours des évènements.

Pierre Toullec