bobbyjindallouisianavictoryspeech

Après la catastrophique gestion de la crise de Katrina par les démocrates, Bobby Jindal (ci-dessus)  a emporté haut la main l'élection gouvernatoriale de Louisiane en octobre 2007

Pendant que les Démocrates se déchirent en public et dans les arrières cours glauques des couloirs du Democratic National Committee, la question du candidat à la Vice-Présidence qui accompagnera McCain est toujours présente au premier plan.

De nombreux noms sont sortis, nous les avons partiellement abordés ici. Les anciens candidats à la Présidentielle Mitt Romney et Mike Huckabee ; les gouverneurs Charlie Christ (Floride), Rick Perry (Texas), Sarah Palin (Alaska) ; d'actuels ministres du gouvernement de George W Bush (Condi Rice)...

Depuis quelques jours, une mode semble s'imposer dans les médias. Le très populaire et nouveau gouverneur de Louisiane Bobby Jindal candidat à la Vice-Présidence auprès de John McCain ?

Cette idée n'est pas des plus surprenantes en réalité. Lors de sa victoire en octobre dernier dans l'Etat victime de Katrina et de la négligence des Démocrates (et de leur gouverneur Mme Kathleen Blanco), nombreux ont vu en lui le futur espoir pour les prochaines élections Présidentielles. Certains parlaient même déjà de lui pour l'élection de 2012 !

Les divisions et les difficultés pour McCain à trouver un candidat parfait pour sa posture impose de réfléchir à toutes les possibilités. Et aujourd'hui, Bobby Jindal fait partie de ces possibilités. Mais est-ce réellement raisonnable ?

Bobby Jindal est un vrai conservateur, un incroyable leader et un véritable espoir pour la droite Américaine. Mais aussi, il n'a que 36 ans. Désigné en 2001 par George W Bush et le Congrès Fédéral comme assistant au secrétariat de la Santé et des services humains pour la planification et l'évaluation, il a été élu Représentant au congrès de Louisiane, jusqu'à ce qu'il emporte l'élection pour le poste de gouverneur de son Etat le 20 octobre dernier.

Son expérience est donc limitée. Très limitée. S'il a montré avoir les épaules pour diriger un Etat, il n'a pas encore de résultats à afficher. Certes, Barack Obama n'a pas non plus d'expérience, à part celle de faire de la politique politicienne dans les couloirs du Sénat de l'Illinois. Mais que les Démocrates acceptent l'inexpérience dans la gestion des affaires pour diriger un pays n'est pas réellement une surprise. A l'inverse, Bobby Jindal a l'opportunité de se créer une expérience solide, accompagnée d'un réel succès économique dans un Etat qui souffre d'une pauvreté forte pour les Etats-Unis.

Mais une fois de plus, il n'a encore rien réalisé. Oui Bobby Jindal est un espoir pour le GOP. Cependant, le propulser aujourd'hui à une candidature pour une charge pour laquelle il n'a pas encore les épaules, et qui le forcerait à abandonner un poste pour lequel il vient d'être élu serait une catastrophe pour sa carrière future. Cela briserait ses espoirs politiques dans son propre Etat. Et une défaite en novembre d'un potentiel ticket McCain-Jindal détruirait sa carrière.

Clairement, le gouverneur Jindal en est conscient. Et il semble qu'il ne soit pas prêt à dire oui pour ce poste.

Pierre Toullec

Le gouverneur Jindal dans le Jay Leno's Tonight Show le lundi 28 avril

600_May_8__2007___Huma_Naeem___Jindal_is_Good_WS

La "Jindal Revolucion" est en marche !