Elections_2008_vraie_V2

Après avoir présenté le projet politique de Mitt Romney sur les assurances santés, il était normal de présenter celui de son principal concurrent, et Frontrunner de cette campagne, Rudy Giuliani.

Le projet de l'ancien Maire de New York est des plus attirants. En effet, son discours se base uniquement sur le marché. Pour tout "Conservateur" à l'Américaine, ou "Libéral" (en Français), c'est tout à fait le genre de discours que l'on aime à entendre. Que propose t-il concrètement ? L'ancien maire de New York fait une comparaison que nous aimons utiliser en France. Le marché du téléphone portable, à partir du moment où il a été libéralisé, est devenu bien moins cher. Ce fut la même chose aux USA. A la différence qu'ils ont un vrai choix dans les opérateurs, quand à cause de l'action de l'Etat nous ne pouvons choisir qu'entre trois types de réseaux. Le projet de Giuliani est exactement celui là. Pour lui, le coût trop élevé des assurances santés vient du fait que l'Etat intervient trop dans le marché des assurances. Il faut donc l'en retirer.

Concrètement, le projet de Rudy Giuliani se compose de deux mesures simples

  • L'établissement d'un crédit d'impôt pour chaque individu pour le financement de sa sécurité sociale, qui puisse aller jusqu'à un montant maximum de 15.000 dollars par an.

  • Le retrait de l'Etat de la protection santé.

Avantages et inconvénients de cette mesure :

Les avantages de cette solution sont que cela permet effectivement un fonctionnement plus fluide du marché des assurances santé. De plus, cela évite les inconvénients du programme de Mitt Romney, qui implique une action de l'Etat quand au choix de l'assurance santé.

En revanche, le projet de Giuliani apporte tout un lot de problèmes moraux par rapport à sa mise en place. En effet, vouloir laisser le marché faire le jeu des assurance est tout à son honneur. Mais qu''est-ce qu'implique réellement sa solution ? Est-ce un vrai retrait de l'Etat ? En aucun cas, puisqu'il s'agit d'un crédit d'impôts. L'Etat aura donc un "manque à gagner" qui aurait dû être perçu en impôts. Il s'agit donc presque de la même chose que s'il proposait une subvention. Mais une subvention disponible uniquement pour les plus riches. En effet, un crédit d'impôts ne fonctionne que dans le cas où l'on paye suffisamment d'impôts pour cela. En effet qui gagne suffisament pour payer 15.000 dollars de prélèvements par an ? En particulier dans un pays où l'imposition est inférieure à 35% du revenu moyen ? Sûrement pas un conducteur de taxi ou le vendeur de frites du coin.

Que l'on soit bien d'accord, je suis personellement tout à fait opposé à toute politique de discrimination positive ("Affirmative Action"). Mais l'inverse est exclu de même. Aider les plus aisés à s'en sortir mieux, plutôt que les plus faibles, est-ce cela le rôle de l'Etat ? L'Etat doit garantir le libre marché, non pas aider artificiellement une catégorie de la population contre une autre.

Lorsque Rudy Giuliani propose que les assurances santé soient financées par des crédits d'impôts, cela signifie que les plus pauvres, qui ne payent pas assez d'impôts, devront payer eux-même leur assurance, avec en plus l'incapacité d'aller dans les hôpitaux publics. Autrement dit, l'Etat aidera ceux qui ont quelques moyens pour vivre à se payer leur assurance santé. Cela augmentera donc artificiellement le prix des assurances puisque les assurances sauront que ceux qui payent ont artificiellement plus de moyens. Et dans le même temps, ce même Etat cessera d'aider les personnes les plus en difficulté qui ne gagnerons pas assez pour bénéficier des "largesses" du gouvernement. Et l'augmentation évidente des prix qui sortira de ce système aggravera la situation pour les plus démunis.

Enfin, cela ne règlera pas le problème des dépenses de l'Etat dans la santé, puisque Giuliani sera obligé de conserver le système d'urgences public. Peut-on réellement imaginer que des sauveteurs demandent son assurance à un mourrant qu'ils viennent sauver ? Non. Giuliani sera obligé de faire en sorte que l'Etat couvre les frais, comme aujourd'hui. La conservation d'un système public d'urgences aura donc pour conséquence première un engorgement encore pire des urgences. Cela coûtera donc plus cher à l'Etat, tout en aggravant le problème de santé publique puisque les plus démunis auront encore plus de difficulté à se payer une assurance.

Cette solution est donc à double tranchant. En effet, comme démontré ci dessus, elle peut conclure en une aggravation du problème pour toute la société. Cependant, il faut avouer qu'une solution presque entièrement basée sur le principe de libre marché est tentante. Le problème est justement qu'il ne s'agit pas totalement d'une solution de libre marché, puisqu'elle implique une action arbitraire de l'Etat dans des déductions d'impôts. Et cela aggrave sans aucun doute le problème. Maintenant, cette solution est-elle meilleure que les propositions des Démocrates de créer une santé Socialiste à la Française ? Certainement. Mais est-ce une réellement bonne solution tout de même ? J'en doute.

Pierre

Elections_2008_v2